J’ai envie de travailler mon sentiment de sécurité dans ma relation avec Hehoa. A quoi il sert ce sentiment de sécurité? Il me sert à ne pas souffrir, à ne pas ressentir ce poids dans mon cœur quand je peux avoir peur qu’elle s’en aille ou quand je peux avoir de la jalousie. Ce sentiment là, oui il est il est connu mais il est difficile. C’est dur de se lever le matin, parfois chaque matin quand c’est quelque chose qui est trop récurrent, avec un poids sur le cœur. Et je crois que le poids sur le cœur c’est le signe d’une blessure qui est activée. Pour moi ce poids est présent à chaque fois que j’ai peur de la perdre. Je me dis que le moment est venu pour moi de travailler sur ce sentiment de sécurité intérieure. Comment est-ce que je peux aller encore plus loin dans ma sécurité intérieure, comment est-ce que je peux vraiment me sentir stable et comment je peux arrêter d’avoir peur de perdre Hehoa? Comment est-ce que je peux apprécier ce que j’ai avec elle sans avoir peur de le perdre et de la perdre?

Je crois que le sentiment de sécurité vient avec la sensation de se sentir assez. Donc l’insécurité c’est à chaque fois qu’on ne se sent pas assez. Mais on ne se sent pas assez quoi en fait? Je crois que cette réponse est hyper personnelle et je crois qu’à différents moments de notre vie on ne va pas se sentir assez avec quelque chose de différent : je me sens pas assez belle, je me sens pas assez jeune, je me sens pas assez féminine, je me sens pas assez sensuelle, je me sens pas assez attirante, je me sens pas assez… lesbienne!

C’est drôle, c’est la première chose qui m’est venue à l’esprit quand j’ai commencé à méditer sur ce sentiment d’insécurité de « je ne suis pas assez ». C’est quoi ce truc qui me manque tellement qui fait que j’ai tellement peur de la perdre? Ma réponse : je me sens pas assez lesbienne. C’est fou ! Et ça veut dire quoi en fait? Pourquoi est-ce que je me sens pas assez lesbienne? Parce que, tout simplement, c’est plutôt rare (j’ai pas envie de dire jamais parce que c’est possible que ce soit arrivé mais que je ne m’en souvienne pas)… je ne me fais pas draguer par des femmes. Je ne me fais pas aborder par des femmes. En général quand je me fais draguer ce sont des hommes et donc c’est comme si cette possibilité là dans ma vie elle n’existait pas.

Dans mon inconscient il y a un lien qui est que si demain je perdais Hehoa je serai obligée de retourner avec des hommes même si j’en ai pas envie. Il n’y a pas que ça bien sûr, il y a plein d’autres trucs qui me ferait bien plus chier de perdre cette relation que j’ai avec Hehoa parce que juste c’est tellement tellement puissant et magnifique ce qu’on vit ensemble. Mais là en tout cas le prochain pas que j’ai à passer pour avancer et pour me sentir encore plus secure c’est ce truc là. C’est de me dire que « je suis assez lesbienne », donc que je suis assez en tant que moi pour être désirée et attirante auprès d’autres femmes. C’est fou quand j’y pense, et pendant que je fais cette ce message je suis en train de faire mes ongles et je me rends compte que j’ai énormément d’attributs féminins qui sont liés au modèle de la femme hétérosexuelle qu’on connaît : j’aime avoir les ongles vernis, j’aime me maquiller, porter des talons. J’aime aussi être au naturel et sans aucun artifice. J’aime simplement utiliser tous ces artifices de temps en temps et je m’aime avec ET sans. Mais je me rends compte que l’image que je renvoie c’est l’image d’une femme hétérosexuelle dans la société d’aujourd’hui. Je suis plus proche de l’image de la femme hétérosexuelle que de la femme homosexuelle et donc les personnes qui vont qui sont attirées par moi, par mon énergie sont en général des hommes.

Pourquoi est-ce que mon image est celle de la femme hétérosexuelle? Si je prends la France par exemple, l’idée que les gens se font de des lesbiennes ça va être tu sais comme dans le film avec Josiane Balasko et Victoria Abril dans Gazon Maudit. La lesbienne c’est Josiane Balasko. En fait pour tout le monde celle qui met des chemises à carreaux, qui est un peu camionneuse, qui est un peu masculine dans le dans le regard extérieur c’est la lesbienne. Mais dans l’histoire il y a bien Victoria Abril aussi. Pourquoi est-ce que on ne la reconnaît pas comme un modèle de femme lesbienne? La première idée qui me vient c’est que bah ce monde régit par des conditionnements issus du patriarcat, c’est plus facile pour les hommes de se dire que les lesbiennes c’est les femmes qui ne les excitent pas en fait. Ce sont les femmes qu’ils n’ont pas envie d’avoir dans leur lit. Et que toutes celles qui ont les artifices d’une femme qu’ils ont envie d’avoir dans leur lit on leur met l’étiquette de la femme hétérosexuelle. C’est peut-être pas la seule raison. Mais l’une d’elles au moins.

Je sais que plus le temps passe et plus ce stéréotype évolue. Et pourtant je pense que dans la majorité des cas c’est ce que se disent les personnes à qui on demande d’imaginer à quoi ressemble une femme homosexuelle. Et moi, clairement je ne rentre pas dans ce stéréotype là. Et, par conditionnement intégré, comme je ne rentre pas dans ce stéréotype là j’ai l’impression que je ne peux pas me faire draguer par des femmes. Et je ressens que cela crée en moi comme une impossibilité d’autres futurs pour moi. Alors cela met beaucoup de poids sur ma relation avec Hehoa. Et même s’il y a d’autres raisons à ressentir cela, celle-ci participe à cette logique intérieure de croire que si je perds cette relation je n’aurais plus jamais accès au bonheur et c’est hyper insécure de ressentir ça.

Je crois aussi que mon âme se souvient de la douleur de perdre Hehoa et que je veux contrôler par tous les moyens possibles pour m’éviter de revivre cette intense déflagration intérieure.

PS du milieu du texte. Si tu es lesbienne et que tu t’empêche d’avoir les ongles longs et manucurés (pour des raisons pratiques de relations intimes) teste les ongles avec le vernis gel UV – toutes les infos sur cette publication instagram de Sapphosutra.

Et maintenant, qu’est-ce que j’en fais de tout ça? Comment est-ce que je change cette perception? Parce que je ne peux pas changer seule la manière dont le monde me voit et me catégorise. Je commence par me dire que si un jour je me retrouve seule je pourrais toujours utiliser des applis de rencontre où je peux écrire mes préférences sexuelles. Mais aujourd’hui, ce n’est pas vraiment la question.  Je crois que pour ma sécurité intérieure j’aurais besoin de voir que c’est possible, que je n’ai pas à afficher quelque chose en grand, que je n’ai pas à rentrer dans un stéréotype issu d’un conditionnement pour me sentir désirée par une femme. J’ai envie de me sentir assez comme je suis pour être désirée par une femme.

L’objectif de ce travail là pour moi est de trouver cette sécurité à l’intérieur, en dehors de notre relation. Aujourd’hui ce manque intérieur est nourri par ma relation avec Hehoa, mais j’ai besoin de le nourrir aussi par moi-même. Le fait que j’ai besoin de notre relation pour me sentir assez ne me convient plus. J’ai envie de croire que c’est possible par moi-même et j’ai envie de pouvoir offrir à notre relation la personne secure que je peux être. Même si ça me fait super peur de prendre ce chemin là.

J’ai envie de préciser aussi que ce n’est pas parce que j’aimerais aujourd’hui être draguée par une femme que j’attends de l’extérieur que l’extérieur me le donne. La manière dont j’aborde ça, c’est de me dire OK je crée l’espace en moi de croyances profondes que je suis assez, que c’est possible. Et j’attends de voir si l’extérieur me renvoie ce message. Ce n’est pas l’extérieur qui va me donner ma sécurité c’est bien moi qui va d’abord croire que je suis assez pour me sentir en sécurité. Et l’extérieur, c’est un petit peu comme une confirmation. Je me dis que l’univers m’enverra une confirmation que je me sens en sécurité intérieure. Ce sera peut-être pas celle que j’attends lol, il y en aura peut-être une autre qui n’aura rien à voir mais aujourd’hui je me dis qu’une des confirmations possibles c’est d’être abordée ou draguée par une femme.

C’est drôle parce que tout à l’heure, au début de ce message, j’ai dit que ça ne m’était jamais arrivé d’être draguée par une femme. Et là ça me revient et c’est faux! Je me souviens déjà avoir reçu des messages sur Instagram, c’est tout un système de croyance que je me suis créé et construit à l’intérieur parce que c’était plus simple pour moi peut-être de le voir comme ça jusqu’à maintenant. Et aujourd’hui je suis prête à aller plus loin dans cette sécurité intérieure et à me sentir secure par moi-même.

je veux vraiment une relation où on se choisit toutes les deux librement. Ce qu’on cherche toutes les deux c’est cette liberté d’aimer et de savoir vraiment aimer l’autre, dans le sens l’accepter pleinement telle qu’elle est, alors ça commence par m’accepter pleinement avec cette insécurité, m’accepter pleinement avec la blessure que j’ai aujourd’hui. C’est ce que Hehoa a fait et fait encore donc ça c’est déjà là mais est-ce que ça veut dire que je dois rester avec cette insécurité? Pas forcément. Je suis arrivée à ce point de bascule où je veux que ça change. Je n’ai plus envie de vivre la douleur liée à cette insécurité et je sais qu’autre chose est possible. Vivre ma vie et ma relation avec le coeur ouvert. Je veux arriver à cet espace de sérénité et de sécurité intérieure où cette souffrance ne sera plus aussi inconfortable et désagréable à vivre sur ce sujet là.

C’est inconfortable de me lancer dans cette aventure et ce changement intérieur. Mais c’est encore plus inconfortable de me laisser avoir mal et être activée dans une blessure alors que je sais que ce n’est pas obligatoire.

Ma mission de vie c’est « Aimer ». Mon chemin de vie c’est l’ouverture du coeur. Je choisis de l’embrasser en grand.